L’impact des déchets sanitaires sur l’environnement est l’un des sujets de discussion importants de nos jours. Une serviette hygiénique jetable en plastique de fabrication industrielle nécessite environ 500 à 800 ans pour se décomposer. Des milliers de tonnes de déchets sanitaires jetables sont générés chaque mois dans le monde entier. En effet, 432 millions de serviettes hygiéniques sont générées chaque année, ce qui permet de couvrir les décharges réparties sur 24 hectares.

Ces déchets sont toxiques et dangereux pour la santé humaine. La plupart des produits chimiques provenant des tampons et des serviettes hygiéniques atteignant le sol et entraînent une pollution des eaux souterraines et une perte de fertilité du sol. L’élimination de ces déchets sanitaires suscite encore de nombreuses interrogations, car il n’est pas encore déterminé si les serviettes hygiéniques doivent être classées dans la catégorie des déchets biomédicaux ou des déchets secs. Il n’y a pas non plus de prise de conscience quant à leur élimination. La plupart des femmes les jettent dans les toilettes en pensant que c’est la meilleure méthode de s’en débarrasser. Or, cela peut causer une obstruction des canalisations et de la plomberie.

Alors que des campagnes de sensibilisation et de promotion de la santé sont en cours pour promouvoir l’idée de protections hygiéniques durables, il existe des moyens sains de se protéger comme la culotte menstruelle. Cela consiste à utiliser les produits de protection menstruelle sans aucun impact sur l’environnement, il suffit de voir les avantages de la culotte menstruelle. En effet, le sang menstruel est considéré comme un engrais sain pour le sol et fournit un environnement nutritif pour la croissance des plantes et des arbustes. Ainsi, la menstruation et de la santé environnementale peuvent créer des tendances révolutionnaires dans les prochaines années. De telles initiatives offrent une perspective positive en ce qui concerne l’élimination des déchets sanitaires par des produits menstruels réutilisables à faible consommation d’énergie, tels que les culottes menstruelles. Ce sont des innovations brillantes offrant des avantages pour la santé et une utilisation rentable.

Les modes de protections durables permettent d’utiliser des articles sûrs et abordables, facilement accessibles aux femmes même s’il existe des inconvénients pour la coupe menstruelle. Dans certains pays, comme l’Inde, ces produits sont créés dans le cadre d’initiatives de gestion des moyens d’existence en milieu rural, où la santé menstruelle et un environnement sans pollution et sans problèmes pour ces femmes sont possibles et mises en œuvre. Les avantages de ces produits sont visibles dans tous les domaines, améliorant la vie de ces femmes avec une plus grande accessibilité, de meilleures opportunités et de meilleures prestations de soins de santé.

Chaque année, près de 20 milliards de serviettes, tampons et applicateurs hygiéniques sont jetés dans des décharges. Lorsqu’ils sont emballés dans des sacs en plastique, les déchets d’hygiène féminine peuvent prendre des siècles pour se biodégrader. La femme moyenne utilise plus de 11 000 tampons au cours de sa vie, laissant des résidus bien au-delà de sa vie. Cette charge de déchets colossale n’est toutefois pas le seul impact écologique des produits jetables d’hygiène féminine. Une analyse du cycle de vie des tampons réalisée par le Royal Institute of Technology de Stockholm a révélé que le traitement du LDPE (polyéthylène basse densité, thermoplastique à base d’éthylène monomère) avait le plus grand impact sur le réchauffement de la planète et était utilisé dans les applicateurs ainsi que dans la bande dorsale en plastique d’une serviette hygiénique nécessitant de grandes quantités d’énergie produite à partir de combustibles fossiles. Un produit d’hygiène féminine typique d’une année donne une empreinte carbone de 5,3 kg d’ équivalent CO 2 .

Plus de 50% de la population mondiale a ses règles, et pourtant, il n’a pas été question de discussions sur l’hygiène féminine et l’impact écologique des choix de produits que les femmes utilisent. En fait, le tabou qui entoure les règles a retardé le développement de nouveaux produits dans l’espace, avec très peu d’innovations depuis plus de 80 ans.